[Critique] Demonic Toys: Jack-Attack (2023)

Résumé : Une jeune fille orpheline incapable de parler découvre qu’elle a reçu le fameux Jack in the Box des Demonic Toys.

Critique :

Sixième volet de la franchise Demonic Toys, Demonic Toys: Jack-Attack a récemment débarqué en toute subtilité sur les plateformes de diffusion en continu. Essentiellement une saga peu connue du public, celle-ci se concentre sur jouets possédés (comme le titre l’indique) et fait son bout de chemin dans notre culture depuis 1992. Cette fois-ci, un seul jouet est mis de l’avant, pour un divertissement assez court…

Après avoir rebondi de famille d’accueil en famille d’accueil, une adolescente timide et non verbale, autrefois soupçonnée de meurtre, est placée dans un nouveau foyer par une travailleuse sociale attentionnée. Petit à petit, l’assistante sociale se rend compte que les meurtres qui se sont produits autour de la jeune fille sont l’œuvre d’un jouet démoniaque.

Demonic Toys: Jack-Attack tente de raconter beaucoup de choses en 59 minutes. Et oui, 59 minutes… Ce qui fait du film un court-métrage de par sa longueur… Un choix étrange pour plusieurs raisons que l’on va aborder plus loin. Heureusement, l’œuvre commence en force en nous lançant directement dans l’action. Nous sommes alors introduits aux méchants du film, un clown surnaturel et notre jouet démoniaque. 

On sent un peu les limites du budget de Demonic Toys: Jack-Attack avec ce dernier. Le «Jack in the Box» se limite principalement à un jouet dont les yeux bougent et dont une personne lance cet objet sur nos pauvres victimes. Ce qui est pas très efficace. Contrairement au clown, méchant secondaire, qui est à la fois angoissant et grotesque. Aussi, certaines morts arrivent en dehors de notre champ de vision. Pour ce qui est du reste, nous sommes dans un cas classique du cinéma d’horreur, avec peu de surprises et beaucoup de moments bien sanglants.

Dans ce film anorexique, le tout se résume à : introduction sanglante, introduction du récit et bain de sang. Et pourtant, Demonic Toys: Jack-Attack réussit à avoir quelques longueurs inutiles. Lorsque Lily, notre héroïne muette, débarque chez sa nouvelle famille, nous découvrons de nouveaux personnages. Et étrangement, le scénario décide à ce moment de nous lancer des sous-intrigues sur une adolescente voulant être une vedette sur TikTok et sur un homme pédophile. Sans que cela soit pertinent à l’histoire. Sans que le tout aille quelque part, également… Aussi, les cinq dernières minutes de Demonic Toys: Jack-Attack sont problématiques pour plein de raisons…

Demonic Toys: Jack-Attack est un oiseau rare. Un film aussi court qui tente quelque chose d’original avec peu de moyens. L’ensemble n’est pas spectaculaire. Mais en tant que restaurant-minute horrifique, le tout se digère assez bien.

 

 

[Critique] Demonic Toys: Jack-Attack (2023)
2

Résumé

Tellement court, que l’on parvient presque à lui pardonner ses défauts…

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *